Casser les sections internes d'un didgeridoo en bambou

image

Cela se fait assez facilement avec un simple balai, en bois par exemple. Cela est néanmoins plus facile avec un manche en métal, formant alors un tuyau métallique, que l’on peut même aiguiser en bout, comme une gouge.
Essayer de casser les sections à ras, cela fera moins à limer.

image

Ensuite, la partie “chia***” du taf, c’est de limer les galeries à l’intérieur, avec notre manche à balai sur lequel on aura préalablement attaché une lime à bois semi ronde. Le mieux étant de l’attacher avec des colliers de serrage en métal, mais on peut aussi prendre un simple fil de fer enroulé autour du balai, voire du scotch solide.

On fait cela pour avoir un bon son et une paroi nette. On est souvent amené à le faire sur des didjes bambou achetés dans le commerce, car ils sont souvent très mal évidés.

C’est la partie chi**te, et je vous conseille de repérer le coté lime, car une fois à l’intérieur, on ne voit plus rien. De même, il faut avoir une bonne position, car c’est fatigant à la longue. Par exemple à genou avec le bambou entre les jambes (coincé avec vos pieds… nus ça accroche mieux) et en tirant le balai vers soit (vers sa tête) quand on lime… on tourne plutôt le didje, en limant alors le bas de la section. Non… non, ce n’est pas une position du kama sutra…

On peut aussi vérifier la longueur en mettant le balai lime à coté du bambou, pour voir ce qui doit dépasser de notre balai pour limer en face de la section.