Beatbox et didgeridoo

Le Beatbox, plus particulièrement le Human beatbox consiste en l’imitation vocale d’une boîte à rythmes, de scratchs et de nombreux autres instruments (principalement de percussion).
Il peut être reproduit dans le didgeridoo en s'en servant comme amplificateur.
Cette partie évoluera au fur et à mesure de mes connaissances, qui sont assez faibles dans le domaines, n'étant pas un adepte de cette technique (ou en tous les cas pas avec un didgeridoo).

C'est donc avec une certaine humilité que je laisse la place à des utilisateurs de cette technique, comme le fameux Rahzel pour le beatbox humain seul, et à Zalem ci-dessous, même si la première fois que j'ai vraiment entendu du beatbox, c'était un certain Luc... qui avait d'ailleurs appris des trucs à Marc Atkins le temps d'un festival à Airvault !

D'après un copié-collé de Wikipédia, voici la technique théorique et basique du human beatbox (des indications seront précisées ultérieurement pour les spécificités au didje):

  • Le kick (B) : les lèvres percutent pour faire la grosse caisse.
  • La caisse claire (Pff) : avec les lèvres.
  • Cymbales (Tsssss) : langue contre le palais.
  • Charleston (ts ts ts) : langue contre le palais.
  • Basse (Bwou) : voix grave en soufflant et en gonflant les joues.

  • Basse (Hum) : bouche fermée utilisant seulement les cordes vocales.
  • Basse (Preuuu) : accompagné d’un kick et d’une voix grave et rauque.
  • Tik (k) : langue contre le palais en inspirant sans les poumons.
  • Tchak (Kch) : forcer sur le fond de la mâchoire en soufflant.