oxygénation

didgeridoo & pranayama

Le pranayama est la discipline du souffle au travers de la connaissance et le contrôle du prāṇa, énergie vitale universelle. Le didgeridoo, toujours par le fait que ce soit un instrument à vent et qu'il existe une pratique de la respiration continue, ressemble parfois à des mouvements de pranayama, d'autant plus évident que l'on joue avec la technique traditionnelle du donner et recevoir, avec une expulsion de l'air rapide et un relâchement progressif

Sport et équilibre acido-basique

Il est indéniable que le didgeridoo, par le fait qu'il soit un instrument à vent, a un effet sur votre oxygénation quand on joue:

  • on fait un effort physique, si minime soit-il
  • on répète cet effort le temps du jeu. Parfois, c'est 15min, parfois c'est plusieurs heures lors de cérémonies des aborigènes ou lors de concerts
  • avec la respiration continue, ce sont encore à la fois d'autres parties du corps qui travaillent en plus, et plus longtemps

L'oxygénation se fait dans toutes les parties de notre corps:

  • le cerveau, pour commencer, et si vous avez un peu bu ou fumé, quelques dizaines de minutes suffisent à vous réveiller et à rendre lucide (attention, je ne suis pas en train de dire que ça fait dessaouler, hein)
  • les autres parties du corps, y compris globalement le sang, qui, pour rappel est de pH neutre. C'est donc tout l'équilibre acide-base du sang que l'on peut potentiellement modifier. En général, on a le sang un peu trop acide (surtout si l'on mange trop d'aliments raffiné, café, viandes...). Ainsi, comme toute activité sportive, mais aussi parce que c'est un instrument à vent, le didgeridoo a le potentiel (selon moi) de participer à la neutralité acido-basique du sang, avec toutes les conséquences bénéfiques que cela entraine.

Se réchauffer

Si vous avez froid, jouer du didjeridu va vous réchauffer, en chauffant les parties en mouvement, notamment les pomons, diaphragme, muscles intercostaux etc.