Imiter les animaux australiens et la nature au didgeridoo

Vent et boomerang

Le vent est tout simplement fait en alternant le ou et le i,
très lentement en faisant s’imbriquer les deux notes… C’est souvent un bon début pour commencer un morceau mais aussi pour chauffer le didje et le joueur !
Mais cela peut donner lieu à des morceaux très rapides tels que “la tornade” de Mathias Muller (impressionnant !).

écouter le son

- Démo vent et animaux australiens -

Pour le boomerang, il s'agit de faire revenir un son de manière cyclique comme un boomerang qui s'en va et revient, tout en tournant sur lui-même.
On diminue la pression quand le boomerang s'en va, et on l'augmente quand il se rapproche, afin de donner cette impression de mouvement, tout en donnant des petit coups de langue (ou autre) pour chaque tour de boomerang sur lui-même.

Le kangourou

image

C’est principalement avec le woua que se fait le saut du kangourou, puisqu’il s’agit de cela ici (hé oui, je ne crois pas que ces chers marsupiaux aient un cris bien intéressants… ?).
Combiné avec un son labial douaa, le woua bien appuyé rend le son du saut bien saccadé comme un ressort.
On peut ensuite varier le oua en oui etc… ainsi que le woua en woua woua etc dans le cas d’une tripotée de kangourous dont les sauts désordonnés aboutiraient à une véritable anarchie, ou des kangourous sautant tellement haut qu’ils auraient le temps de faire des saltos… !

Vous pouvez aussi imiter une gimbarde pour faire ce son.
Il est également conseillé de voir des sauts de kangourous afin de mieux apprécier le rythme. Le mieux étant d’aller pour ce faire en Australie ;-)

Le kookaburra

écouter le son

- un petit extrait sonore pour commencer -

image

Cet oiseau pêcheur est de la même taille qu’un corbeau.
Il a des couleurs ternes (gris, marron et blanc), et un puissant bec droit.
Sa voix forte et criarde ressemble au rire humain. On l’appelle parfois “laughing jackass”.
Son cri est en général phonétiquement traduit par Toutoutoutoutoutaataataa,
mais on paut plutôt faire HouHouHouHouHouHaaHaaHaa,
ou KouKouKouKouKaaaaKaaaa.

Il faut alors bien savoir couper le son en petits morc­eaux:

  • la glotte, coupant le son en Hou
  • la partie basique de la langue, coupant le son en Kou
  • la partie terminale de la langue à l’origine des sons en Tou.

On remarque ici que l’intensité du cri augmente en général au fur et à mesure de l’émission des Hou,
alors que les Ha sont stables.
D’autre part, les Ha sont un peu plus longs que les Hou très brefs, et donc plus espacés.

image

Le dingo

image

Le dingo est une sorte de chien sauvage australien.
Là encore, il y a bien sûr des possibilités infimes d’imitations de cris et vocalisations…
Un exemple: hou, houuuuuuuuuuuuuuuuuuu

écouter le son

- un petit extrait sonore pour commencer -

Autre

image

Je veux ici parler :

  • des émeus (et non pas les autruches qui sont africaines), dont l’imitation est la survibration,
  • mais aussi de tout et n’importe quoi : les serpents, chimpanzés, grenouilles etc….